Depuis plusieurs années l'ambition de YEMA est de proposer une gamme de Calibres Manufacture impliquant la réinternalisation de la fabrication de la plupart de nos composants au sein même de nos ateliers de Morteau.

Cette évolution significative a notamment nécessité des investissements conséquents en matière de R&D et nouveaux équipements ainsi que l’agrandissement et la modernisation de nos ateliers et lignes de production.

Il y a maintenant 2 ans, nous nous sommes entourés de l’expertise d’Olivier Mory, horloger de renom pour nous accompagner sur l’amélioration et l’innovation de nos mouvements horlogers et sur la relocalisation en interne de la fabrication de certains de nos composants.

En parallèle de ces différents évolutions, un projet commun s’est développé naturellement, issu des ambitions horlogères de YEMA et de l’expertise d’Olivier Mory, afin de concevoir un calibre micro-rotor dont les composants seront fabriqués directement par nos équipes dans nos ateliers de Morteau à l'exception de la partie réglante produite par nos confrères suisses.

Ce nouveau calibre micro-rotor, baptisé CALIBRE MANUFACTURE MORTEAU CMM.20, sera la première pierre à l’édifice de YEMA sur sa conquête de savoir-faire et son souhait ultime de proposer une gamme de Calibres Manufacture.

parallax
parallax
Section
Drop element here!

BIENTÔT DISPONIBLE !

Inscrivez-vous pour être les premiers informés de l'actualité sur ce projet horloger :

ARCHITECTURE ET PERFORMANCES

GRADE MANUFACTURE

Ce nouveau CALIBRE MANUFACTURE MORTEAU CMM.20 bénéficiera d’une architecture et d’une conception unique et propre aux idées de développement d’Olivier Mory. Pour confectionner ce nouveau calibre, nous nous sommes concentrés à travailler avec les matières les plus bénéfiques pour l’horlogerie :

MASSE OSCILANTE EN TUNGSTÈNE

La masse oscillante monobloc du micro-rotor est constituée d'un alliage de tungstène de haute densité offrant un poids relativement élevé pour ce micro-composant et ainsi permettre un remontage optimisé et une réserve de marche de +60 heures.

BALANCIER EN GLUCYDUR

Le balancier est composé en Glucydur, un alliage métallique non magnétique et à faible dilatation thermique. Le Glucydur permet notamment de bénéficier d’une plus grande résistance à la déformation, à la corrosion et aux champs magnétiques. Un alliage optimal pour le balancier qui nécessite stabilité.

MASSE OSCILANTE EN TUNGSTÈNE

La masse oscillante monobloc du micro-rotor est constituée d'un alliage de tungstène de haute densité offrant un poids relativement élevé pour ce micro-composant et ainsi permettre un remontage optimisé et une réserve de marche de +60 heures.

BALANCIER EN Glucydur

Le balancier est composé en Glucydur, un alliage métallique non magnétique et à faible dilatation thermique. Le Glucydur permet notamment de bénéficier d’une plus grande résistance à la déformation, à la corrosion et aux champs magnétiques. Un alliage optimal pour le balancier qui nécessite stabilité.

PRÉCISION FRANCO-SUÏSSE

Ce nouveau Calibre Manufacture Français avec sa partie réglante Suïsse offrira des performances élevées avec une dérive maximale de -5 / +10 secondes.

CALIBRE ULTRA-FIN

Grâce à son architecture astucieuse résultant en une épaisseur contenue de seulement 3,70 mm (26% plus fin qu'un calibre ETA 2824), ce nouveau calibre permettra notamment d’équiper des carrures plus fines.

PRÉCISION FRANCO-SUÏSSE

Ce nouveau Calibre Manufacture Français avec sa partie réglante Suïsse offrira des performances élevées avec une dérive maximale de -5 / +10 secondes.

CALIBRE ULTRA-FIN

Grâce à son architecture astucieuse résultant en une épaisseur contenue de seulement 3,70 mm (26% plus fin qu'un calibre ETA 2824), ce nouveau calibre permettra notamment d’équiper des carrures plus fines.

Micro-rotor

OLIVIER MORY

Horloger Partenaire

A l’âge de 13 ans et après un coup de cœur pour l’horlogerie au forum des métiers de sa région, Olivier Mory entame des études spécialisées au Lycée Edgar Faure de Morteau.

Patrick Augereau alors intervenant auprès du lycée en parallèle de son activité chez Audemars Piguet sera son professeur et introduira Olivier chez AP pour sa première expérience professionnelle en tant qu’horloger en complications et technicien méthodes.

Olivier intègre ensuite le groupe Sellita en tant qu’horloger de laboratoire et responsable développement et enfin le groupe Richemont en qualité de Responsable prototypes et nouveaux produits.

En 2016, il devient horloger indépendant et travaille pour le compte de différentes marques horlogères suisses et françaises.

BIENTÔT DISPONIBLE !

Inscrivez-vous pour être les premiers informés de l'actualité sur ce projet horloger :

LE VAL DE MORTEAU
AU CŒUR DU PAYS HORLOGER FRANÇAIS

Les ateliers de YEMA sont basés dans la petite ville de Morteau en France, entourés de vastes forêts de pins dans une vallée isolée du Jura. YEMA est dirigée par une famille de fabricants de montres de troisième génération qui a toujours vécu dans la région de Morteau.

L'horlogerie et sa tradition dans la région est un histoire qui remonte aux années 1750, date à laquelle les premiers établissements apparaissent alors que la France est à l’apogée de sa gloire dans la fabrication horlogère, notamment avec des dynasties d’horlogers de père en fils.

Si aujourd’hui, il subsiste des entreprises telles que YEMA, elles sont les dignes héritières d’une longue tradition horlogère qui remonte à plusieurs siècles. Cet état de fait est primordial pour comprendre ce qui est au coeur de toute l’industrie horlogère.

Activité complémentaire des paysans l’hiver dans cette région au climat rude, la Franche Comté, l’activité se structure au fil du temps et Morteau devient son centre économique avec une fameuse École d’Horlogerie reconnue par toute l’industrie horlogère formant chaque année des futurs grands professionnels, ce qui donne à cette ville son caractère unique dans le domaine de l'horlogerie en France.

Tous ces éléments historiques et géographique ont permis à la Maison Horlogère Française YEMA de concevoir ses propres mouvements mécaniques “Maison”.

UN VÉRITABLE ÉCOSYSTÈME HORLOGER RÉGIONAL

Les pays horlogers français et suisses se rétro-alimentent en termes de savoir-faire et main d’oeuvre. 15000 Francs-Comtois travaillent au quotidien chez les manufactures suisses voisines et 3000 sont salariés des PME horlogères entre Besançon et Morteau.

YEMA participe activement à cet écosystème horloger en étant partenaire du Lycée Edgar Faure de Morteau qui compte à ce jour plus de 1200 élèves. Depuis plus de 30 ans, YEMA forme environ une dizaine d’apprentis horlogers par an à l’aide de stages pilotés par notre Maître Horloger, Jean-Paul Boillot.

Les écoles françaises jouent un rôle important dans cet écosystème horloger : La plupart des anciens élèves du Lycée Edgar Faure de Morteau travaillent pour les manufactures suisses et 80 % des cadres de l'horlogerie suisse sont formés par l'Ecole d'ingénieurs microtechniques de Besançon (ENSMM).

Depuis quelques années nous constatons le retour de certains frontaliers qui souhaitent de nouveau intégrer des maisons horlogères françaises comme YEMA. C'est le cas de Nicolas Bailly, notre nouveau Responsable Technique & Qualité et Anna Faivre, qui nous a rejoint en tant qu'horlogère. Tout deux travaillaient auparavant en Suisse depuis le début de leur carrière.

YEMA est membre actif de la Chambre Française de l’Horlogerie et des Microtechniques (CFHM), qui assure la valorisation de la filière en développant des projets collectifs. Pascal Bôle, seconde génération du groupe familial propriétaire de la marque YEMA, a d’ailleurs été président de la CFHM de 2011 à 2017.

YEMA collabore aussi avec la mairie de Morteau sur des projets visant à développer l’activité horlogère dont un projet de start-up studio horloger qui est dans les cartons. 

Yema France
x